Lors du Conseil municipal du 20 octobre, les 15 conseillers municipaux ont émis à l’unanimité un avis défavorable à l’implantation d’une plateforme logistique sur le territoire de notre commune.

Le projet prévoit la création d’une plateforme logistique sur une surface de 30 000 m2 dans la zone industrielle de Noyelles destinée à desservir des sociétés de la grande distribution et du e-commerce.

En raison de l’impact potentiel d’un tel projet sur l’environnement, une enquête publique organisée par la préfecture s’est tenue jusqu’au 15 octobre.

Composée de 5 cellules de stockage, cet entrepôt pourra accueillir des produits dangereux. En raison du classement du site en Seveso seuil bas, l’organisation des cellules et le détail des produits stockés faisaient partie des informations non communicables mais pouvaient être consultées en préfecture. 

Le comité partenarial de l’Aire d’Alimentation des Captages au Sud de Lille réunissant des représentants du Syndicat Mixte du Scot, la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) émettaient un avis défavorable à ce projet d’implantation le 3 octobre 2019.

Le 29 septembre, la Métropole Européenne de Lille émettait également un avis défavorable.

Les communes d’Emmerin, de Seclin et d’Houplin-Ancoisne ont déjà émis un avis défavorable. Les communes de Wattignies et de Templemars se prononçaient la même semaine que Noyelles.

A l’initiative de Noyellois, Bernard Hanquier, Valéry Gmyr et Damien Devigne, un collectif « Noyelles Environnement » s’est constitué.

Après avoir étudié ce volumineux dossier, rencontré par deux fois le commissaire-enquêteur, s’être déplacé plusieurs fois à la Préfecture pour prendre connaissance d’informations confidentielles sur ce projet (confidentielles en raison du classement Seveso du projet), les participants à ce collectif ont affirmé leur opposition unanime à ce projet.

Protection de l’environnement et des populations :

Tout d’abord, ce projet va à l’encontre de la protection des champs captants. 25% du projet se situe sur l’aire d’alimentation des captages niveau 1 (AAC1), c’est à dire de vulnérabilité totale et très forte des champs captants. Les 75% restant sont en vulnérabilité forte.

L’éventuelle pollution de la nappe phréatique suite à des déversements accidentels (ruissellement d’eau de pluie ou produits d’extinction d’incendie) est étudiée et prise en compte par la construction d’un bassin de confinement situé dans la partie la plus vulnérable. Mais le dimensionnement du bassin n’est pas calculé pour un incendie généralisé du site…

La consultation des informations confidentielles en Préfecture par le collectif « Noyelles Environnement » a permis de relever que le site pourra stocker des produits chimiques qui en cas d’incendie, libéreraient dans l’atmosphère des particules hautement toxiques et polluantes sur les cultures agricoles, les champs captants et les habitations des communes environnantes (les premières habitations noyelloises se trouvent à 350 m du site).

Par ailleurs, à proximité de la plateforme se trouvent un site classé Seveso seuil haut ainsi que les bâtiments de la société Worldline où travaillent 1571 personnes.

Quelle serait la logique d’implanter un site Seveso seuil bas sur l’aire d’alimentation des captages de vulnérabilité totale, très forte et forte ?

Un autre aspect doit être pris en compte, les nuisances sonores générées par cette activité. Il est prévu que cet entrepôt fonctionnera de 6 heures à 22 heures du lundi au samedi. Il sera alimenté par de gros porteurs routiers qui arriveront en dehors de ce créneau, la nuit et le dimanche. Le niveau sonore actuel de l’environnement du site s’élève déjà à un niveau élevé, 70/76 dB, ce qui correspond à des bruits dits fatigants. D’une situation déjà dégradée au niveau sonore pour les habitations situées à 340 m du site, ce projet ajoutera des nuisances sonores en particulier générées par les groupes frigorifiques des camions en attente sur le site ou à proximité du site.

 

Impact sur le trafic routier :

Le trafic routier généré par la plateforme est estimé par Prologis à 700 mouvements par jour. Au regard de l’interdiction de la traversée de la commune de Noyelles au plus de 3T5, le promoteur indique que consigne sera donnée aux chauffeurs de ne pas transiter par le centre-ville. Dans l’étude d’impact produit par le porteur du projet, « l’augmentation du trafic sur les principaux axes à proximité sera modérée car ces axes sont déjà très fréquentés ». Bref, la situation est tellement dégradée qu’un peu de plus de circulation n’est pas bien grave…

L’entrepôt aura vocation à alimenter la grande distribution et le e-commerce et le trafic lié aux petits utilitaires de livraison n’est pas abordé dans l’étude d’impact.

De plus, l’étude d’impact ne porte que sur le projet Prologis mais ne tient pas compte des deux autres projets de plateforme logistique en cours d’étude dans la ZI, P3 logistique Parks (23 000 m2) et Real-Estate BNP Paribas.

Ce trafic de véhicules transportant des produits toxiques potentiellement polluants pour la nappe phréatique emprunterait des axes de circulation déjà en mauvais état et non prévus pour recevoir et sécuriser un déversement accidentel de ces produits.

Vocation de la ZI située dans l’aire d’alimentation des captages :

Alors que les services de l’état ont fait l’injonction aux communes gardiennes de l’eau de cesser toute artificialisation des champs captants afin de protéger la ressource en eau, il serait aberrant d’autoriser de transformer la ZI en plateforme logistique avec tous les risques que cela comporte pour cette ressource en eau sur le site lui-même mais également sur le réseau routier qui dessert cette zone.

Il faudra avec les services de la MEL et de l’état redéfinir la vocation de cette zone d’activité et le type d’activités qui pourront s’y installer.

Suite à cet exposé fait par monsieur le Maire à l’assemblée et après débat, les 15 élus donnaient un avis défavorable à ce projet.

 

Cette délibération a été adressée à monsieur le Préfet du Nord qui réunira le Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques afin de donner un avis définitif par rapport à ce projet.